Questions / Réponses fréquentes

Comment s'effectue un prélèvement d’organes ?
Un prélèvement d’organes est réalisé en salle d’opération par une équipe de chirurgiens, comme lors d'une opération normale. Le prélèvement d’organes ne change pas l'apparence du défunt, à l'exception d'une cicatrice supplémentaire. Après le prélèvement, le corps de la personne décédée est restitué à la famille.

Quels sont les organes qui peuvent être prélevés ?
Peuvent être prélevés les organes suivants : cœur, poumons, foie, reins, pancréas, îlots de Langerhans et intestin grêle; ainsi que les tissus suivants : cornée, osselets, os, valves cardiaques, vaisseaux, peau, moelle et sang.

Quels sont les organes les plus prélevés et transplantés ?
Les organes les plus prélevés et transplantés sont les reins, suivi par le foie, les poumons, le cœur, le pancréas et l’intestin grêle.

Combien de personnes peuvent être sauvées grâce à un donneur ?
Un donneur d’organes peut sauver quatre vies en moyenne voire même jusqu'à sept personnes.

Quelles sont les exigences légales applicables au don d’organes ?
En Suisse, la loi parle du consentement au sens large. Le prérequis pour autoriser un prélèvement d’organes est le consentement de la personne décédée. Si elle n’a pas exprimé sa volonté, la décision revient au(x) parent(s) proche(s). Donneurs et receveurs sont toujours anonymes.

Qui peut devenir donneur?
En principe, chacun peut donner ses organes.

Est-il nécessaire de subir un examen médical pour pouvoir donner ses organes?
Il n'est pas nécessaire de subir un examen médical pour indiquer sa volonté de donner ses organes. Si vous souffrez d'une maladie, vous pouvez le mentionner sur la carte de donneur, si vous le voulez.

Comment puis-je signaler ma volonté de donner mes organes?
Pour transmettre sa volonté de donner ses organes, il suffit de remplir une carte de donneur et de la porter sur soi. Juridiquement parlant, la carte de donneur est une déclaration d'intention valable après le décès. De plus, il est recommandé d’informer ses proches de son souhait de donner ses organes. Si le don ne concerne que certains organes, cette information doit être indiquée sur la carte de donneur.

Est-ce que des maladies affectent l'admissibilité d'un donneur ?
En cas de maladie grave, chaque situation est évaluée individuellement par une équipe médicale. Quelques maladies sont contre-indiquées au don d'organes telles que la tumeur maligne, la maladie de Creutzfeldt-Jakob ou une septicémie incurable. Les personnes en rémission d’un cancer après cinq ans peuvent donner leurs organes. Une personne HIV positive peut être donneuse pour un receveur également HIV positif.

Jusqu’à quel âge peut-on donner ses organes?
Toute personne peut donner ses organes. Il n'y a pas de limite d’âge inférieure ou supérieure. L’état de santé du donneur est décisif pour prendre une décision positive ou négative de prélèvement d'organes. Avant un prélèvement, le fonctionnement et l'état des différents organes sont examinés.

Que signifie „mort cérébrale“?
La mort cérébrale est la perte complète et irréversible des fonctions cérébrales. Celle-ci peut être causée par une hémorragie cérébrale, un traumatisme crânien cérébral, une maladie vasculaire cérébrale, une tumeur cérébrale ou une anoxie (manque d’oxygène). Dans ce contexte, le fonctionnement des autres organes doit être maintenu par la respiration artificielle et les médicaments qui permettent la circulation sanguine.

Comment la mort cérébrale est diagnostiquée ?
La mort cérébrale est diagnostiquée par deux médecins qui sont indépendants de l’équipe de transplantation. L’arrêt irréversible des fonctions cérébrales est démontré par les évaluations neurologiques selon les directives de l’Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM)

Quelle est la différence entre le coma et la mort cérébrale ?
Une personne dans le coma est vivante et peut se réveiller. Le cerveau d'une personne dans le coma est perfusé. Ce n’est pas le cas de la personne en mort cérébrale. Ses fonctions cérébrales sont complètement et irréversiblement détruites. Extérieurement, aucune
différence n'est perceptible entre les deux. La personne en mort cérébrale est maintenue sous respirateur, son cœur et sa respiration fonctionnent grâce aux machines et aux médicaments durant quelques heures. Sans ce traitement intensif, l'arrêt respiratoire et l'arrêt cardiaque surviendraient de suite après la mort cérébrale.

Est-ce qu’une personne qui décède à la maison peut devenir donneuse d’organes ?
La personne qui meurt à la maison ne peut pas devenir donneuse d’organes, car la préparation médicale nécessaire pour un don d'organes ne peut se faire qu'à l‘hôpital.

Combien me coûte un don d’organes ?
Les coûts tant pour le receveur comme pour le donneur sont couverts par l’assurance de base de la caisse maladie. Les frais non remboursés sont pris en charge par l’hôpital où la greffe est réalisée. Il n’y a pas de frais supplémentaire pour la famille du donneur.

Le don de son corps (Explication)
En plus du don d’organes, il est également possible, après sa mort, de donner son corps à un institut anatomique. Si les deux possibilités sont mentionnées, la priorité va au don d’organes. L’institut anatomique de votre région peut vous donner plus d’informations sur ce sujet.

Est-ce que les proches peuvent connaître l'identité du receveur ?
Le don d’organes est anonyme afin de protéger la famille du donneur et le receveur. Le receveur peut, via Swisstransplant, écrire une lettre de remerciements anonyme à la famille du donneur.

Peut-on choisir à qui nos organes seront donnés ?
Oui. C’est courant surtout pour les dons faits par des personnes de leur vivant (don dirigé). En revanche, il n’est pas possible de prendre en compte les dons dirigés en faveur d’une catégorie de personnes déterminées (p. ex. les enfants seulement).

Quelles sont les exigences pour un don d’organes ?
Un don d’organes n'est possible que si la mort du donneur est clairement établie. La personne est considérée comme décédée lorsque la mort cérébrale est constatée (perte complète et irréversible de la fonction du cerveau) ou lors de l'arrêt cardiaque irréversible. Il est alors nécessaire d’obtenir l’autorisation des proches pour le don d’organes.

Quelles sont les mesures médicales à entreprendre après le diagnostique de la mort cérébrale?
Parmi les mesures médicales prises après le constat de mort cérébrale, on peut mentionner : le maintien de la respiration artificielle, l'administration de médicaments pour soutenir la circulation sanguine et l'équilibre hormonal. Une prise de sang est faite pour les tests de laboratoire. Dans le cadre d'un arrêt cardiorespiratoire, une perfusion de liquide est posée pour préserver les organes (reins).

Combien de temps dure le processus du don d’organes ?
Tout le processus peut durer de 12 à 24 heures, voire même plus.

Comment se déroule un prélèvement ?
Un prélèvement d’organes se déroule comme toute autre opération. Il n'y a que la cicatrice de l’opération qui est
visible.

Est-on rémunéré pour un don d’organes ?
Non. Le trafic d’organes est interdit et puni par la loi. Même les frais d'obsèques ne sont pas pris en charge.

Peut-on donner ses organes de son vivant ?
Il est possible de donner des organes de son vivant. La transplantation la plus répondue, qui peut être faite de son vivant, est celle du rein ou le don partiel du foie. Le don est possible entre des membres d'une même famille, entre des personnes proches. Il est également possible de faire un don altruiste de son rein ou d’une partie de son foie de façon anonyme. Le donneur doit bien évidemment être en bonne santé. Le groupe sanguin tout comme les caractéristiques des tissus doivent être compatibles avec le receveur.

À partir de quel âge peut-on remplir une carte de donneur ?
L’âge minimum pour remplir une carte est de 16 ans (âge majoritaire médical).

Est-ce qu'un enfant peut devenir donneur d’organes ?
Le don d’organes est également possible chez les enfants. Ces organes sont en priorité donnés aux enfants.

Existe-il un registre en Suisse ?
La décision d'être donneur d'organes n'est enregistrée dans aucun registre. Après avoir rempli la carte de donneur, il est recommandé d'informer vos proches de votre décision.

Est-ce que les organes donnés restent en Suisse ?
Swisstransplant travaille en étroite collaboration avec différentes organisations de transplantations étrangères qui ont les mêmes valeurs éthiques et juridiques. S’il n’y a pas de receveur compatible dans notre pays, l’organe est proposé à l'une de ces organisations et vice versa.

Ma carte est différente de la carte actuelle. Est-elle toujours valable ?
Même si les anciennes cartes gardent leur validité, nous vous conseillons de la remplacer par une nouvelle carte.

Est-ce que ma carte est valable à l’étranger ?
La carte de donneur est également valable à l’étranger. Au cas où vous ne la porteriez pas sur vous, c’est la loi du pays qui prime, mais de toute façon vos proches sont contactés.

Quelle est l'attitude des différentes religions vis-à-vis du don d'organes ?
Toutes les grandes religions du monde se positionnent favorablement en faveur du don d’organes. Celui-ci s'inscrit dans le sens de la charité et de la compassion.